• Jean-François Grard

Envolée des notes - Alain Chamfort

Dernière mise à jour : 26 juil. 2021

Envolée de notes, un portrait entre musique, alignement et authenticité.


Le récit posté ci-dessous s'inspire librement de l'entretien mené par Isabelle avec Alain Chamfort. Si vous désirez écouter cet entretien, vous pouvez le retrouver ici


Les récits de cette collection s'inspirent des entretiens passionnants menés par #IsabelleLayer dans son podcast 'Viser la lune', podcast que vous pouvez retrouver ici.


#ViserlaLune-Lepodcast vous offre des #interviewsinspirantes où des personnalités partagent, en toute intimité, les (més)aventures qu'elles ont vécues sur le chemin de leurs rêves.


Je remercie Isabelle de m'avoir donné l'autorisation de m'inspirer de ses entretiens.


Une enfance heureuse simplement.


Je suis le cadet d’une sœur ainée, enfant de parents simples. Enfant mélancolique, rêveur, profondément sensible. Je découvre la musique vers mes cinq ans, auprès d’une parente professeure de piano. Je pose mes doigts sur le clavier et ne les enlèveraient plus jamais.


Les notes de musique s'envolent du piano. Je m'évade, je plane un moment que je prolonge le plus longtemps possible. Je fonde quelques temps après une communauté de jongleurs de sons avec d'autres artistes de la piste.


Ma voix se joint petit à petit au piano qui roule sous mes doigts. Je me glisse sous les projecteurs, je joins mes mots aux sons qui les accompagnent. Nous accompagnons, avec mes potes, un chanteur sans musiciens. Les concerts s'enchainent tout au long de la tournée et nous la terminons à deux, de scènes en grands hôtels. C'est une vie que je ne connais pas, tellement loin de la simplicité de mon enfance. Mais cette vie m'enivre.


Elle n'a qu'un temps. Après deux ans, nos voies se séparent. J'avance, riche de ce que j'ai appris, sachant que je peux changer de vie, et que je peux m'améliorer, sans cesse.


Je croise alors la route de l'étoile du moment, qui me propose d'apposer mon nom en haut des affiches. Je ne peux refuser. Il me propose d'exister dans ce monde, que j'ai déjà touché du bout de doigts. Il m'entraîne avec lui. Par ma musique inspirée des States, j'apporte ma rythmique, j'apporte une part de rêve à ceux qui m'écoutent.


Nos routes se séparent quand nos envies, nos désirs s'éloignent. Je souhaite mettre en avant mon côté musicien. Lui non. Ca rend la séparation plus facile.


Je cherche à partir de là à aligner le chanteur avec l’homme que je suis, quitte à prendre des risques. Je veux faire mes choix, me mettre en danger, suivre ma route. Les choix artistiques que je fais sont les miens, je refuse ceux des autres.


Depuis longtemps, je navigue de compositions en compositions, sans trouver les mots à poser dessus. Je croise alors la route de celui qui racontera des histoires sur mes musiques. Les chansons qui sortent de notre collaboration sont belles, et vivent leur vie. C'est une période heureuse pour moi, même si je crains que ça se termine un jour. Le public me suit mais restera-t-il?


Je prends énormément de plaisir à aller au bout de mes créations. Je me repose quand elles sont terminées, quand elles me conviennent. Mes goûts ne sont pourtant pas nécessairement les mêmes que ceux des personnes qui écoutent mes chansons.


Je vieillis, l'industrie évolue, je n'entre plus dans le moule. C'est la mode du rajeunissement des codes et je me retrouve hors circuit. Je ne réponds plus aux attentes. Je me retrouve libre, sans attache, sans être amarré à une maison de disque, largué, loin des côtes, en pleine mer.


Libre d’écrire ce que je souhaitais, pour moi, pour d’autres, craignant que d’autres tempêtes me coulent à jamais, j'envoie comme bouteille à la mer un clip qui raconte ma situation, et la crise que le disque vit, les ruptures de contrat. Subitement, je reviens dans la lumière. nouveau reconnu pour qui je suis, une personne pour qui le respect de l’autre à de l’importance, qui reconnait la qualité de ceux avec qui il travaille, qui n’écrase personne.


Je porte la lumière sur ceux qui le méritent. La route est plus facile et le résultat meilleur lorsque chacun donne ce qu’il peut donner, sans contreforcer. La musique fait toujours partie de mon quotidien. Je chante pour le plaisir, pour moi. Je fais ce qui me ressemble, seul ou accompagné.


J'apprends encore et toujours, au contact des personnes que je rencontre. Je pose les mots des autres sur mes musiques. Il n'y a plus ni succès, ni échec, il y a des chansons qui vivent.


J'ai beaucoup douté, ça m’a toujours permis d’avancer et d’arriver où je suis maintenant. Il faut douter, se remettre en question et donner le meilleur de soi-même, en fonction des circonstances. Suivre ses intuitions. Trouver sa voie pour aimer ce qu'on fait au quotidien.


Je profite de ce qui m'entoure, parce que je suis à ma place.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout